graffiti_pompeiani

correspondance entre des élèves d'Egletons et des élèves de Frigento et de Pietradefusi.

10 mars 2006

Voyage

Voyage...

Je suis parti au lever du jour, j'ai fait mes adieux à mes parents, dans le froid du matin gris du village.

Je suis monté sur mon cheval en direction de la ville au nord, la plus proche. J'étais comme un coeur de métal sans âme. J'ai cheminé toute la journée. Au soir, le petit relais voisin du pont campanien nous offrit l'abri de son toit.

Nous sommes ensuites reçus dans la villa richement pourvue de Coccinus. Toutes les pensées se tournent vers toi et ma famille.

Maintenant Muse, aide-moi, je vais essayer de rappeler la lutte du bouffon Sarmentus et de Messius Circirrus et de quels pères étaient nés les deux héros de la dispute. Messius est de la race illustre des Osques ; la maîtresse qu'a servie Sarmentus, existe encore. Issus de tels aïeux, ils en viennent au combat. Et d'abord Sarmentus : " je dis que tu ressembles, toi, au cheval sauvage". Nous rions; et Messius à son tour  : " C'est entendu" et il secoue la tête. "Oh!!,dit l'autre, si ton front n'avait pas eu sa corne coupée, que ne ferais-tu pas, puisque, ainsi mutilé, tu menaces?". Le fait est que du côté gauche du visage, une cicatrice avait marqué de traces hideuses le front poilu de Messius.
Après l'avoir raillé amplement sur le mal Campanien, sur sa figure, Sarmentus le priait de danser le pas du cyclope berger, disant qu'il n'aurait besoin ni d'un masque effrayant ni des cothurnes tragiques...

A l'heure où je rédige ces lignes, je me dis "qui sait si tu penseras à moi."

J'ai conservé le bracelet que tu m'avais donné et je le serre contre mon coeur et je sens ta présence.

Demain, je remonte encore vers le Nord et je vais rencontrer de nouvelles tribus gauloises, les Bituriges je crois. Je te raconterai bientôt.

Vale

P.S. : Merci à Horace, Satire, I, 5 et à... Laura Pausini.

Posté par graffiti_pompei à 13:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire